GOPR5542

Jour 61 – KILOMÈTRE 3195 (Enderby, BC)

17/07/2016

En quittant ce matin, mon ami m’accompagne en vélo jusqu’à la sortie de la ville. Je suis content qu’il soit là, puisque je n’ai aucune idée du chemin pour retourner sur la grande route.

Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de côtes et la route longe les lacs Ellison, Wood et Kalamalka. Le paysage est vraiment beau. À certains endroits, lorsque l’éclairage est idéal, l’eau est d’un vert très impressionnant.

GOPR5551

Comme c’est une des dernières occasions que j’aurai pour me baigner et que j’avance à un bon rythme, je prévois m’arrêter à Vernon pour profiter de la Kal Beach. Quelques kilomètres avant ma destination, je suis sur une route secondaire qui surplombe le lac. La vue est tout simplement magnifique. Je suis tellement admiratif que j’en oublie de regarder en avant. Mon vélo quitte donc la route et dans une tentative pour le ramener, mes roues se bloquent dans la chaussée qui est plus haute. Je suis projeté en plein milieu de la voie et mon vélo glisse sur les sacoches. En tombant, le temps s’est arrêté et j’ai eu le temps de penser à quel point je n’avais plus le contrôle de la situation et aux conséquences qu’aurait une blessure trop grave.

GOPR5554

Étendu dans le milieu de la route, j’ai maintenant peur qu’une auto s’en vienne sur moi. Je bondis donc sur mes pieds rapidement pour regagner le côté de la route. Après m’être assuré qu’aucune auto ne venait dans ma direction, je me suis dépêché de ramener le vélo sur l’accotement.

J’ai alors pu reprendre mes esprits et faire l’inventaire de mes blessures. Le coude droit et l’avant-bras droit sont un peu éraflés, mon petit doigt de la même main saigne à plusieurs endroits et j’ai une grande douleur dans les deux mains. J’ai aussi un intense mal de ventre, probablement que je suis tombé sur un de mes bras.

C’est l’occasion de sortir ma trousse de premiers soins que j’ai confectionnée avec l’aide de ma mère infirmière et de mon ami médecin. Il ne me manque de rien! J’ai même le nécessaire pour me faire des points de suture. Dans ce cas précis, la seule chose que j’aurais peur de manquer est de courage.

Par chance, ce n’est pas aujourd’hui que je vais tester mon courage pour me coudre. Je nettoie mon petit doigt, applique une couche de Polysporin «guérit vite» et ajoute un bandage. Après m’être remis de mes émotions, je reprends la route pour me rendre à la plage. En embarquant sur mon vélo, je suis un peu plus craintif, j’ai compris que ça ne prenait pas grand chose pour perdre complètement le contrôle et faire une bonne chute. Finalement, c’est une bonne chose d’être tombé sans me blesser gravement, j’étais rendu trop confiant, je vais maintenant être plus vigilant.

En route pour la plage, je m’aperçois à quel point je me suis blessé aux mains. J’ai énormément de difficulté à freiner et chaque imperfection de la route génère une grande douleur.

GOPR5557

Je prends donc plusieurs heures pour me relaxer et profiter de cette superbe plage. Il y a beaucoup de familles et la température est excellente. Je pourrais passer facilement plusieurs jours ici avec mon livre.

Je reprends finalement le chemin du retour en fin de journée. Dans les derniers 10 kilomètres, je sens que le comportement de la roue arrière est étrange, j’ai l’impression de rouler dans une épaisse couche de sable. Lorsque je m’arrête, je m’aperçois que j’ai encore une crevaison. Sous l’émotion, j’appelle quelques saints!

En examinant de plus près, je constate qu’il y a non pas une, mais bien deux broches qui transpercent mon pneu. L’une d’elle est récente, mais l’autre est usée et semble être là depuis un bon moment. Je comprends alors que c’est celle qui a causé ma crevaison quelques jours plus tôt. Ma négligence de ne pas prendre le temps de vérifier le pneu m’aurait donc causé des problèmes tôt ou tard.

GOPR5558

Au début, je suis découragé car ces pneus sont très raides et avec mes deux mains amochées, je ne sais pas comment je vais arriver à le remettre en place. J’y vais donc par étapes et je réfléchis avant de forcer, afin d’utiliser les doigts qui sont moins sensibles. Cette épreuve se transforme rapidement en défi et j’en éprouve même du plaisir. Après environ une heure, et beaucoup de douleur, je suis enfin parvenu à réparer ma crevaison.

Je reprends ma route et trouve un camping à Enderby, BC. Je monte mon campement avec une main, je mange et je me couche.